FANDOM


Le Baron Samedi, également connut en temps que L'homme qui ne peut pas mourir, est un célèbre et légendaire sorcier vaudou qui est, dit-on, ressuscité d'entre les morts. Présenté comme un artiste qui se donne en spectacle pour les touristes venus visités l'île de San Monique, le Baron Samedi aime impressionner le grand public avec ses numéros de danse et de magie et a aussi l'étrange capacité de jeter des sorts. Cependant, il est secrètement l'un des plus importants alliés du dictateur de San Monique, le Dr. Kananga, lequel l'utilise pour masquer ses activités illégales de contrebande qu'il mène sous le pseudonyme de M. Grosbonnet.

Dans le film Modifier

En 1973, alors qu'il se rend sur San Monique dans le cadre d'une enquête sur Kananga, James Bond 007 assiste brièvement à un spectacle que donne le Baron Samedi prêt de l'hôtel où il séjourne. Au cours du spectacle, l'annonceur présente Samedi comme étant "immortel".

Plus tard, au cours d'une cérémonie vaudou au cours de laquelle Solitaire, la voyante de Kananga, est sensée être tuée dans le cadre du rituel vaudou pour trahison, le Baron Samedi sort apparemment d'une tombe. Bond finit par tirer sur lui à plusieurs reprises avec un revolver mais il s'avère que ce n'était qu'un mannequin d'argile. Bond secourt ensuite Solitaire et se retrouve une nouvelle fois confronté au Baron Samedi qui a l'air plus authentique que le mannequin. Au cours d'un très bref duel aux armes blanches, Bond le fait tomber dans un cercueil plein de serpents venimeux et à ce stade, il devient clair que Samedi est bel et bien mort.

Cependant, plus tard, après avoir tué Kananga et ses hommes de mains restants, Bond et Solitaire sont dans un train et le Baron Samedi se tient sur le toit du moyen de transport en riant aux éclats ce qui prouve qu'il est bel et bien immortel.

Production Modifier

Le Baron Samedi est considéré comme l'antagoniste secondaire du film de 1973 Vivre et laisser mourir. Son interprète est l'acteur et chorégraphe trinidadien Geoffrey Holder. Dans la version française, sa voix est celle de l'acteur Roger Lumont.

Le personnage du Baron Samedi apparaît originellement dans le roman d'espionnage de 1954 Vivre et laisser mourir, une oeuvre de l'écrivain et ancien agent secret britannique Ian Fleming.

Après son apparition dans le film, Samedi apparaît dans plusieurs jeux-vidéos issus de l'univers de James Bond. D'abord, dans le jeu-vidéo de 1997 Goldeneye 007, il est le boss d'une mission déverrouillable où le joueur est confronté à lui à trois reprises.

Dans les jeux-vidéos Nightfire (2001) et Quitte ou double (2004), Samedi est un personnage multijoueur déverrouillable. C'est également un personnage multijoueur de Goldeneye 007 : Reloaded (2010) et 007 Legends (2012) sauf que le joueur n'a pas besoin de le débloquer. Dans 007 Legends, un code de triche permet �en revanche de lui débloquer une deuxième tenue[1].

Note Modifier

  • Le Baron Samedi est un personnage tout-à-fait ambigu. En effet, il est très difficile pour le téléspectateur de déterminer si il est véritablement le légendaire dieu vaudou où si il est simplement un être humain ayant assumé cette identité. Sa nature n'a jamais vraiment été établie car il n'apparaît pas dans les autres films.

Référence Modifier

  1. http://www.jeuxvideo.com/forums/1-28637-1144-1-0-1-0-code-triche-007-legends.htm

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.