FANDOM


James Bond: "Je me suis trompé à votre sujet."
Christmas Jones: "Ah oui ? Et en quoi ?"
James Bond: "Je croyais que Noël n'arrivait qu'une fois à l'an."
―James Bond et Christmas Jones[src]

Le Dr. Christmas Jones est une scientifique de nationalité américaine, plus précisément un docteur en physique nucléaire ainsi qu'en désarmement dont la carrière l'a amené dans une ancienne installation nucléaire au Kazakhstan, en Asie centrale, où elle doit aider les autorités russes à démanteler des armes nucléaires à plutonium datant de la guerre froide. Christmas est bilingue car elle est brillamment capable de parler et de comprendre le russe et possiblement aussi d'autres langues.

C'est une jeune femme extrêmement ingénieuse, intelligente, habille et aux multiples talents. Elle est aussi dévouée et prête à mettre en valeur ses compétences lors de situations de haut vol autour de la science. Apparemment, elle seule pourrait désamorcer une bombe nucléaire. Sous ses airs de physicienne sérieuse et froide, Christmas est très belle, charmeuse et peut-être même exhibitionniste. Elle a par ailleurs l'habitude de se montrer méfiante lorsqu'elle rencontre des inconnus mais à l'inverse, elle est aussi naïve.

Dans le film Modifier

Rencontre avec le chercheur nucléaire Modifier

En fin d'année 1999, l'agent secret anglais du MI6 James Bond 007 mène une enquête sur un anarchiste international connu sous le pseudonyme de Renard, qui a apparemment prévu de s'en prendre à la femme d'affaires Elektra King, qu'il a récemment enlevé. Sous l'identité d'un de ses associés, le scientifique russe Mikhail Arkov, l'Anglais voyage jusqu'à l'ancienne installation nucléaire kazakhstanaise où sa cible a l'intention de voler une grosse quantité de plutonium militaire dans le cadre de ses plans, encore inconnus de Bond. Alors que 007 approche de la base dans une jeep où se trouvent certains des hommes de Renard, Christmas Jones retire une sphère de plutonium d'une tête nucléaire rouillée. Ensuite, elle informe un de ses collègues qu'elle va prendre l'air. Alors que la belle physicienne est dehors, en train de retirer sa tenue de scientifique, dévoilant ce qu'elle portait en-dessous, un soutien-gorge kaki et un short ultra-court, elle apparaît dans le champ de vision de Bond et du colonel russe qui l'escortait. Le militaire dit à l'espion que la jeune femme n'est pas intéressée par les hommes. Lorsque Christmas demande à James s'il est ici pour une raison spéciale, Bond répond avec un accent russe qu'il est Mikhail Arkov du département atomique russe. Elle se présente comme le Dr. Christmas Jones et lui dit de ne pas faire de plaisanterie sur son prénom ("Christmas" se traduisant par "Noël" en français). Jones l'autorise à descendre aux sous-sols. Elle lui rappelle avant qu'il ne parte qu'il a oublié son badge de contrôle. Elle lui fait ensuite remarquer en russe qu'il parle bien anglais pour un russe. Bond répond, également en russe, qu'il a étudié à Oxford. Christmas n'est pas insensible au charme de l'inconnu mais le fait qu'il a oublié son badge la rend perplexe.

Christmas et le colonel rejoignant Bond et Renard

Christmas et le colonel rejoignant Bond et Renard.

Tandis que James trouve Renard et tente de l'interroger sur son plan pour la bombe, Christmas réalise que le prétendu scientifique russe est un imposteur car le véritable Mikhail Arkov est âgé de 63 ans. Elle descend donc aux sous-sols avec des militaires russes dont le colonel rencontré par Bond juste avant afin d'arrêter l'agent secret. Lorsqu'ils rejoignent Bond, il tient toujours Renard sous la menace de son Walther P99 et tente de les convaincre que Renard et ses hommes sont les véritables imposteurs et qu'ils ont l'intention de voler la bombe. Cependant, le colonel ne le croit pas et le menace avec une mitraillette en lui ordonnant de se rendre, ce qu'il est contraint de faire. Désormais libéré de l'emprise de l'espion britannique, Renard dit à Christmas que Bond aurait tué tout le monde, puis appuie de toutes ses forces sur l'épaule de celui-ci afin de le faire souffrir (l'Anglais ayant été blessé quelques jours plus tôt), ce qui horrifie Jones. Ensuite, Renard s'adresse au colonel (révélant qu'il est un de ses complices) et lui demande de poursuivre l'opération mais le Russe s'y oppose, souhaitant d'abord être payé. Contrarié, Renard ouvre le feu sur les militaires, donnant lieu à une fusillade qui est fatale à tous les membres de l'équipe du colonel ainsi qu'à quelques hommes de Renard, alors que Bond et Christmas sont miraculeusement épargnés par les coups de feu et parviennent à se mettre à couvert sans prendre de dégât. Tandis que Renard et ses hommes prennent la fuite avec la bombe, un autre sbire tente d'enfermer Bond et Christmas. Visiblement paniquée, la scientifique demande à James qui il est et il répond simplement qu'il travaille pour le gouvernement britannique. L'agent 007 du MI6 utilise ensuite le grappin de sa montre (en réalité un gadget) pour monter jusqu'à Renard et tenter de l'arrêter.

Alors que Bond affronte Renard et ses hommes au cours d'une nouvelle fusillade, Christmas utilise des câbles électriques pour rouvrir la porte à Bond qui échappe de justesse à l'explosion d'une bombe. Alors que Christmas et lui remontent à la surface sur une plate-forme, Bond se présente par sa phrase : "Je m'appelle Bond, James Bond". Lorsque le duo sort, il aperçoit le petit avion qu'utilisent Renard et ses hommes pour s'enfuir. Christmas dit à Bond que chaque ogive à une carte de géo-localisation et que le signal peut par conséquent être retracé. Bond lui montre la carte qu'il a récupéré sur le corps d'un homme de Renard, signifiant qu'au contraire, l'ogive ne peut plus être pistée.

Tentative de désamorçage de la bombe du pipeline d'Elektra Modifier

Alors que Bond regagne l'Azerbaïdjan avec Christmas[1], Elektra King, ayant remarqué son absence, prend contact avec M, sa supérieur hiérarchique, qu'elle convainc de venir personnellement la rencontrer à Bakou, la capitale du pays. Bond entre ensuite et la confronte car il suppose qu'elle est en réalité une alliée de Renard (le terroriste ayant prononcé la même devise qu'elle lors de sa confrontation avec l'agent "00") mais Elektra nie constamment cela. Tout le monde se rend ensuite dans une centrale nucléaire apparemment attaquée par Renard et ses hommes. Tandis que M atterrit en hélicoptère, Christmas participe à l'évaluation des dégâts avec un autre scientifique[1]. Bond s'entretient ensuite avec sa patronne à l'intérieur du bâtiment et lui remet la carte de géo-localisation de l'ogive. Christmas et son collègue entrent peu de temps après en disant qu'il n'y a aucune trace de la bombe volée par Renard au Kazakhstan mais 007, cependant, réalise que celle-ci a en fait été placée dans l'oléoduc-même d'Elektra. Bond se prépare donc à entrer dans l'oléoduc pour désamorcer l'engin et Christmas lui apporte son aide. Le binôme est donc conduit par l'agent du MI6 Charles Robinson dans le pipeline et s'installent dans un chariot pour parcourir le tunnel et progresser jusqu'à la bombe. Lorsqu'ils atteignent celui où se trouve la bombe, Bond en prend les commandes tandis que Jones commence à essayer de la désamorcer. Mais finalement, après que la belle scientifique ait dit qu'il n'y a que la moitié du plutonium, Bond comprend qu'il n'y a pas de risque d'explosion nucléaire et comme il continue de penser qu'Elektra travaille avec Renard et que l'attaque sur son propre pipeline l'innocenterait, il pousse Christmas à laisser exploser la bombe afin qu'Elektra les croit morts. Bien qu'elle ne comprend pas la réaction de son partenaire, Jones se résout à l'écouter et ils sautent du chariot avant d'échapper à l'explosion.

Christmas réprimandant Bond

Christmas réprimandant Bond.

Lorsqu'ils sortent du pipeline, Christmas continue de réprimander Bond de ne pas l'avoir laissé désamorcer la bombe. Bond répond donc à ce moment-là qu'Elektra pense avoir réussi son coup et que le fait d'avoir fait placé une bombe dans son propre pipeline l'innocente et dissimule le vol du plutonium. Bond tente ensuite de joindre Robinson via le talkie-walkie que ce dernier lui a remis et tandis qu'il fait cela, Christmas demande à savoir ce qu'il y a entre Elektra et lui. Bond refuse de répondre clairement à la question et demande à la physicienne américaine ce qu'elle faisait au Kazakhstan. Elle aussi refuse de répondre. Robinson informe ensuite Bond qu'Elektra et M ont disparus et Bond décide d'aller interroger l'homme d'affaires russe Valentin Zukovsky.

Interrogatoire de Zukovsky Modifier

Christmas et sa distraction

Christmas distrayant Zukovsky.

Bond emmène Christmas avec lui et les deux se dirigent vers l'usine de caviar de Zukovsky. Une fois là-bas, James constate que Zukovsky n'est pas encore là et place Christmas sur un canapé avant qu'ils n'attendent son arrivée. Ainsi, lorsque le Russe entre, il trouve Christmas qui use de ses charmes pour le distraire tandis que Bond apparaît derrière lui pour refermer la porte. Christmas et lui l'interrogent ensuite sur l'alliance présumée entre Elektra et Renard mais celui-ci, bien qu'il est leur associé, jure qu'il ne savait rien sur le vol de la bombe nucléaire. Ils sont interrompus par un hélicoptère munit d'une scie qui attaque le bâtiment. Un autre surgit bientôt, suivis par des hommes de mains. Bond affronte les ennemis et parvient à tous les éliminer avec l'aide de Zukovsky. Ce dernier tombe finalement dans son propre caviar en tentant de fuir les débris éjectés d'un des deux hélicoptères. Bond et Christmas reprennent donc l'interrogatoire et le Russe avoue que son neveu, un officier de la marine, doit fournir à Elektra un sous-marin à Istanbul, en Turquie, deux jours plus tard. Tout le bâtiment s'effondre ensuite et Christmas court se mettre à l'abris.

Suite d'enquête à Istanbul et capture Modifier

Christmas, Bond, Zukovsky et Bull dans la planque

Christmas, Bond, Zukovsky et Bull étant dans la planque.

Plus tard, à Istanbul, Valentin et son homme de main, M. Bull, guident Bond et Christmas dans un ancien refuse du KGB où la petite troupe prend conscience que Renard et Elektra ont l'intention de surcharger le réacteur du sous-marin avec le plutonium afin de détruire toute la ville et d'éliminer tous les oléoducs concurrents à celui d'Elektra, ce qui monopoliserait le marché du pétrole. Un signal est ensuite capté car M, toujours prisonnière d'Elektra et de Renard, a connecté les bornes de la carte de géo-localisation à un réveil, révélant l'emplacement de la base des criminels. Bond et Zukovsky comprennent qu'il s'agit de la Tour de la Vierge. Cependant, alors que Zukovsky demande à Bull de les y conduire, celui-ci repart après avoir posé une bombe qui explose et ravage une partie du bâtiment, tuant apparemment Valentin. Bond et Christmas poursuivent ensuite Bull mais se retrouvent encerclés par Gabor, le garde du corps d'Elektra, Bull, et un certain nombre d'autres sbires qui les capturent et les emmènent jusqu'à Elektra dans la Tour de la Vierge. La jeune femme les retrouve et ordonne à ce que Christmas soit livrée à Renard dans le sous-marin. Les terroristes la font alors prisonnière, puis prennent la mer et se préparent à réaliser les projets d'Elektra.

Affrontement dans le sous-marin et réussite Modifier

Heureusement, Bond est libéré grâce à Zukovsky, toujours vivant, mais celui-ci est tué définitivement par Elektra. Bond délivre ensuite M et abat Elektra de sang-froid avant d'infiltrer le sous-marin de Renard. Après avoir vaincu quelques sbires, il trouve Christmas et la libère elle aussi. Le duo progresse jusqu'au poste de commande où Christmas laisse Bond affronter Renard et ses hommes restants et tenter de faire remonter l'appareil afin que les marines interviennent. Malheureusement, James se trompe et détruit les commandes, faisant plutôt redescendre le sous-marin. Christmas et lui se cramponnent donc tandis que l'engin percute le fond du Bosphore. Une inondation survient et Renard enferme Bond et Christmas dans une pièce en s'enfermant dans le réacteur pour pouvoir surcharger celui-ci avec le plutonium tranquillement. Christmas et James mettent cependant une stratégie au point et cela permet à Bond de rejoindre Renard et de commencer à l'affronter avant de libérer Jones et de la sauver de la noyade. Renard prend ensuite le dessus sur le binôme mais Bond réussit à le tuer en projetant la barre de plutonium dans son cœur. James et Christmas sortent ensuite du sous-marin juste avant que celui-ci n'explose à cause du niveau d'hydrogène qui est beaucoup trop élevé. De retour à la surface de l'eau, ils attirent l'attention de touristes sur un bateau qui les aident à regagner la terre ferme.

Instants romantiques avec James Modifier

Après avoir été ramenés, Bond et Christmas prennent un taxi jusqu'à un endroit où R, un employé du MI6, a fait livrer une Aston Martin de secours qu'ils utilisent pour rejoindre une résidence que James connaît. L'espion paye un comptant pour deux jours avec possibilité d'extension du séjour. Comme ils sont épuisés, ils passent ensuite toute la journée à dormir entrelacés, puis ils se lèvent pour dîner sur la terrasse d'un restaurant voisin[1]. Après cela, ils commencent à faire l'amour, ignorant que M et le MI6 les espionne involontairement avec une technologie que R éteint rapidement en prétendant qu'il s'agit d'une forme de prématurité du bogue de l'an 2000.

Production Modifier

Présentation globale Modifier

Christmas Jones est considérée comme l'une des deux James Bond Girls principales (l'autre étant Elektra King) du film de James Bond de 1999 Le monde ne suffit pas. Elle a été interprétée par l'actrice et mannequin américaine Denise Richards, qui a été doublée dans la version française par la comédienne Isabelle Langlois.

Développement du personnage Modifier

Le personnage de Christmas Jones a été créé spécialement dans le cadre du film Le monde ne suffit pas et n'apparaît pas dans les romans de l'écrivain et ancien agent secret britannique Ian Fleming, le créateur de James Bond. Il est présumé que ses créateurs sont en fait les scénaristes du film, Neal Purvis et Robert Wade. Dans le premier script, la scientifique était décrite comme une belle trentenaire originaire de Polynésie française (elle n'était donc pas de nationalité américaine comme dans la version finale du film) qui avait les cheveux courts. Comme dans le film fini, le colonel dit à Bond que la jeune femme n'est pas intéressée par les hommes. Cependant, James se présente cette fois à Christmas sous l'identité de Bond, un employé de King Industries, la multi-nationale possédée par Elektra. Par ailleurs, cette première rencontre ne semblait pas être aussi tendue qu'elle l'est dans la version définitive du film[2].

Contrairement au film, Christmas et le colonel ne rejoignent pas Bond et Renard dans les sous-sols ; ils ne retrouvent l'espion qu'après qu'un incendie ait été déclenché suite à une fusillade l'opposant aux terroristes. Alors que Christmas et le militaire évaluent les dégâts à l'aide d'une araignée robot, M et Elektra les rejoignent. Suite à une réunion autour d'une table, Bond décide de s'en aller pour explorer une piste mais Christmas l'arrête alors qu'il monte dans sa voiture. James part quand même sans lui dire clairement où il va, amenant la physicienne à contacter un ancien petit-ami, un homme dénommé Paul, pour le surveiller avec un satellite. Elle le suit ensuite jusqu'à l'usine de caviar de Valentin Zukovsky et l'espionne tandis qu'il rencontre le Russe. Les deux apprennent par Zukovsky qu'Elektra lui a commandé un sous-marin, puis ils se rendent au centre de contrôle du pipeline d'Elektra car Renard et ses hommes l'ont attaqué. Comme dans le film, les deux vont dans l'oléoduc et tentent de désamorcer la bombe avant que 007 ne décide de le laisser exploser[2].

Plus tard, Bond, Zukovsky et Christmas sont dans une usine de colorant à Istanbul et supposent qu'Elektra se trouve dans un temple. Une grenade (et non une bombe) explose tandis qu'ils parlent. Bond et Christmas survivent tous deux et se retrouvent dans la foule du centre commercial du Grand Bazaar où ils aperçoivent Gabor. Après un long affrontement les opposant à Gabor et à d'autres hommes de mains, Bond et Christmas se rendent et sont emmenés auprès d'Elektra dans le temple mentionné précédemment. Christmas est amenée auprès de Renard dans le sous-marin tandis que Bond est torturé par Elektra. La séquence du sous-marin est ensuite assez similaire à celle présentée dans le film terminé sauf qu'après celle-ci, Christmas et Bond sont repêchés par la marine militaire/policière et non pas par des touristes[2].

Apparemment, les scénaristes auraient fait de Christmas une américaine pour ne pas avoir deux James Bond Girls françaises dans un même film car la Française Sophie Marceau a obtenu le rôle d'Elektra King[2].

Notoriété du personnage et apparition dans d'autres médias Modifier

En 1999, soit l'année de sortie du film, une adaptation en roman par l'écrivain américain Raymond Benson voit le jour. Du fait que celle-ci est relativement fidèle à l'histoire originale, Christmas Jones apparaît également et connaît la même histoire que dans le film avec toutefois quelques ajouts. Notamment, l'ouvrage mentionne brièvement ce que Bond et Christmas ont fait après avoir été repérés par les touristes. Cependant, aucune information n'est donnée sur la jeunesse de Christmas, bien que le roman l'a fait pour Elektra King et Renard[1].

En 2000, le film fait l'objet d'adaptations en jeu-vidéo par la société Electronic Arts. La première à sortir est celle sur Nintendo 64. Comme pour le cas du roman, celle-ci met également Christmas Jones en scène. Une fois encore, Bond lui présente ses papiers au Kazakhstan, puis est autorisé à descendre jusqu'à Renard dans les sous-sols. Comme dans le scénario original, la jeune scientifique ne rejoint pas James lorsqu'il confronte l'anarchiste.

Nous ignorons si Christmas réapparaît dans le jeu avant le niveau du sous-marin. Dans celui-ci, Bond la délivre (comme dans le film et le roman) et doit l'escorter à travers l'engin. La belle a cependant la fâcheuse tendance de se mettre devant l'agent secret, rendant ainsi le passage difficile. Une fois encore, elle s'enfuit avec Bond, puis passe Noël en sa compagnie. Le jeu offre d'ailleurs un plan très similaire au film lorsque les deux amoureux s'embrassent sur la barrière en savourant du champagne.

Il est probable que Christmas connaisse une histoire très similaire dans les variantes PlayStation et Game Boy Color du jeu.

Toujours en 2000, Denise Richards a été nominée aux Razzie Awards comme le pire second rôle féminin pour le film. L'actrice a pourtant déclaré à la société américaine BBC News "Les rôles féminins sont maintenant beaucoup plus évolués - il ne s'agit plus que d'être dans les bras de Bond. Christmas est forte, intelligente et impertinente et il y a une surenchère et un badinage intelligent entre elle et James Bond"[3]. La même année, Richards est à nouveau nominée, cette fois au Blockbuster Entertainment Awards, pour meilleure actrice de film d'action. Malgré cela, de nombreuses personnes jugent que l'Américaine n'était pas suffisamment crédible dans son rôle.

Compte tenu de sa notoriété et de son rôle dans le film Le monde ne suffit pas, Christmas est disponible en mode multijoueur dans le jeu-vidéo de James Bond de 2002 007 : Nightfire, bien qu'elle n'a aucun rapport avec l'intrigue du film. Le joueur doit cependant la déverrouiller pour pouvoir l'incarner. Il en est ainsi pour Elektra King et Renard. Pour déverrouiller Christmas Jones sur la variante du jeu sur Xbox, il faut entrer le code "NUCLEAR".

Denise Richards a tellement été jugée incrédible dans son interprétation de Christmas Jones qu'en 2008, le magazine de divertissement américain Entertainment Weekly l'a placée en première position dans son classement des plus mauvaises James Bond Girls de tous les temps. Néanmoins, malgré cette critique, Christmas est considérée comme l'une des plus belles James Bond Girls.

Images Modifier

Références Modifier

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Benson, Raymond (1999). Le monde ne suffit pas. ISBN 9782738659385.
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 http://www.commander007.net/2015/09/monde-ne-suffit-scripts-originaux/
  3. https://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&u=http://news.bbc.co.uk/2/hi/special_report/1999/11/99/shaken_not_stirred/523329.stm&prev=search