FANDOM


"Ce qui sépare la folie du génie ne se mesure qu'à l'aune du succès."
― Elliot Carver[src]

Elliot Carver est né à Hong Kong en 1947. Il est le fils illégitime d'un Lord britannnique qui était propriétaire d'une douzaine de journaux et d'une prostituée allemande qui est décédée en couche. Elliot a été élevé par des Chinois car son père l'a abandonné à sa naissance[1].

Lorsque Elliot, plus âgé, apprend la vérité sur ses parents, il sombre dans une longue dépression jusqu'à l'âge de 21 ans où il est engagé en tant que présentateur météo dans une chaîne de télévision hong-kongaise. Le jeune homme est promu présentateur vedette moins d'un an plus tard mais, après cinq ans, il commence à se lasser de sa carrière. Il a envie de profiter de l'empire médiatique de son père[1].

En l'an 1974, Elliot se rend à Londres, en Angleterre, au Royaume-Uni, où il demande à un escroc allemand sa collaboration pour rencontrer son père. Hélas, la rencontre entre le père et le fils se termine mal car le père, qui n'a même pas salué son fils, veut qu'il disparaisse définitivement de sa vie. Carver refuse d'abandonner et prend contact avec un homme conseillé par le voyou allemand, une personne qui traîne avec un certain Richard Stamper. Stamper et l'autre homme apprennent que le père de Carver a une maîtresse. Ils paient cette dernière pour installer une caméra chez elle. Ainsi, ils obtiennent une vidéo du père lors de pratiques sexuelles déviantes. Le père est ensuite victime d'un chantage : il doit écrire un testament stipulant qu'Elliot héritera de son empire médiatique sans quoi, ils diffuseront les vidéos. Le Lord accepte et se suicide plus tard suite à une intervention de Stamper qui devient le chef de la sécurité ainsi que le bras droit de Carver[1].

Quelques années plus tard, Elliot rencontre un mannequin américain nommé Paris McKenna et passe trois mois en sa compagnie avant de lui annoncer qu'il l'aime, ce qui entraîne leur mariage. Toutefois, Carver ignore que cette dernière a eu une liaison avec l'agent secret britannique James Bond et qu'elle l'aime toujours réellement malgré tout.

En 1997, Carver est un magnat des médias mondiaux qui est à la tête du Carver Media Group Network, une société de diffusion d'actualités dont le siège se situe à Hambourg, en Allemagne. Il a également la réputation de pouvoir renverser des gouvernements par une simple émission. Cependant, à l'insu du monde, Carver utilise cette entreprise pour manipuler les évènements mondiaux avec l'aide de Stamper et de ses autres collaborateurs. Ses émissions sont apparemment diffusées dans tous les pays du monde à l'exception de la Chine, qui lui refuse d'émettre sur leurs canaux. Du fait qu'il cherche à avoir une renommée mondiale, Carver s'est donc associé avec le général Chang, un militaire chinois corrompu, qu'il aiderait à renverser le gouvernement actuel du pays en échange d'obtenir des droits de diffusion exclusifs en Chine pour le prochain demi-siècle. Pour cela, Carver entend bien provoquer une guerre entre le Royaume-Uni et la Chine par le biais d'attaques sur leurs frégates respectives.

Elliot Carver est un homme extrêmement cruel puisqu'il a tendance à éliminer toute personne qu'il juge inutile ou entravante et qu'il ne voit aucun inconvénient à recourir à des méthodes peu orthodoxes comme le chantage, la vente de logiciels nocifs ou encore le terrorisme pour parvenir à ses fins. C'est également un grand manipulateur puisqu'il manipule le monde entier avec des évènements qu'il crée lui-même. Il est extrêmement dangereux, disposant de tout un groupe de sbires armés dirigés par Stamper dont il a l'habitude de laisser se salir les mains à sa place. Carver possède également des repaires, notamment des bureaux et des tours, dans tous les pays du monde (sauf peut-être en Chine) et son siège de Hambourg est hautement protégé. Le général Chang a également volé pour lui des matériaux furtifs dans une base militaire chinoise afin qu'il puisse construire un navire furtif appelé Sea Dolphin II[1] à l'intérieur duquel il peut lancer des offensives sur des navires britanniques et chinois dans le cadre de sa déclaration de guerre. Carver est par ailleurs narcissique puisqu'il a tendance à décorer ses bâtiments avec des tapisseries et des bannières représentant son visage. En dépit de sa cruauté, il est également un homme cultivé et intelligent comme l'exige sa profession. C'est également un terroriste disposant de multiples technologies, dont certaines peuvent d'ailleurs paraître invraisemblables à cette époque.

Dans le film Modifier

Mise en œuvre du plan Modifier

Elliot Carver met la première phase de son plan à exécution : envoyer le techno-terroriste américain Henry Gupta dans un bazar d'armes terroristes à la frontière russe pour y acheter un encodeur GPS militaire qui leur permettrait de contrôler des navires à distance. Gupta parvient à acquérir l'objet en question mais à l'insu de Carver et de lui-même, le MI6 a envoyé James Bond sur place dans le cadre d'une mission d'infiltration. Un missile est également tiré par une frégate britannique, le HMS Chester, et détruit toute la zone tandis que Bond sème le chaos avant de s'échapper dans un avion transportant des torpilles nucléaires soviétiques. Malgré cela, Gupta parvient à fuir avec l'encodeur qu'il rapporte à Carver. Il l'utilise plus tard pour contrôler à distance un navire de la flotte britannique, le HMS Devonshire, et l'amener sur la mer de Chine méridionale. À bord du Sea Dolphin II, Richard Stamper, alors sur le point de lancer une attaque contre le navire pour le compte des Chinois, contacte brièvement Carver pour l'annoncer du bon déroulement du plan. Peu de temps après, il lâche une foreuse télécommandée dans l'eau et l'utilise pour percer la coque du navire, le faisant couler. Carver, lui, rédige déjà l'article sur la mort des marins et dit à Stamper qu'il aurait besoin du nombre exact de rescapés et qu'il compte sur lui pour employer des munitions chinoises pour éliminer ces derniers. Seulement dix-sept membres de l'équipage parviennent à survivre en se jetant à l'eau avec des gilets de sauvetage mais ils sont rapidement abattus par Stamper. Ensuite, trois sbires plongent dans l'épave du Devonshire pour y prendre l'un des missiles qui s'y trouve et que Carver a l'intention de tirer sur Pékin lors de la phase finale de son plan.

Carver s'entretenant avec ses correspondants

Carver s'entretenant avec ses correspondants.

Peu après, Carver publie son article en première page de son journal, Tomorrow. Il entre ensuite dans son bureau et s'entretient en vidéoconférence avec ses correspondants dont Tom Wallace, le vice-président de la société, puis il s'interrompt pour parler une nouvelle fois à Stamper qui lui annonce qu'il dispose d'une vidéo pour son reportage, dont il assure l'excellence, et qu'il y a dix-sept rescapés. Suite à cela, Carver reprend contact avec ses correspondants et leur suggère de s'arranger pour que la crise future entre le Royaume-Uni et la Chine soit annoncée dans tous les médias pour que les gens puissent en débattre pour le bien de son entreprise.

Première rencontre avec Bond à la soirée Modifier

L'article de Carver sur les marins assassinés attire l'attention du MI6 en raison du fait qu'il comporte des détails (comme l'heure de décès des marins) alors qu'ils n'étaient pas encore connus au moment de la publication. De plus, l'agence a capté un signal GPS parasite provenant d'un des satellites de Carver. Aussi, James Bond se fait inviter sous l'identité d'un nouveau banquier à une soirée d'inauguration d'un réseau satellite que le magnat des médias donne le lendemain soir dans le siège hambourgeois du Carver Media Group Network. Bond a donc pour mission de l'approcher dans le but d'essayer de découvrir ce qu'il manigance. Après s'être fait remettre une BMW équipée de gadgets par Q, le créateur d'armes et de gadgets du MI6, Bond se présente à la soirée et la responsable des relations publiques de Carver le conduit jusqu'à son patron alors qu'il discutait avec certains de ses invités/employés. Après avoir demandé à l'Anglais comment la bourse réagit à la crise entre le Royaume-Uni et la Chine, Carver fait la rencontre d'une jeune femme asiatique, Wai Lin, qui déclare être une journaliste. Manifestement enchanté par cette nouvelle venue, Elliot sympathise avec elle et songe même à la prendre dans une salle de rédaction.

Entre-temps, Bond profite de la distraction du suspect pour approcher Paris qu'il avertit que son mari pourrait avoir des problèmes, ce qu'elle ne croit pas en raison du statut de ce dernier. Toujours en compagnie de Wai, Carver les retrouve et est étonné d'apprendre que sa femme connaissait déjà Bond. Bien qu'elle déclare qu'il couchait avec sa colocataire alors qu'elle était à Zurich, en Suisse, Carver ne la croit pas et est encore plus méfiant lorsque Bond fait des sous-entendus sur l'attaque du Devonshire au cours d'une nouvelle conversation avec lui. Aussi, le terroriste s'adresse à Stamper qui charge quelques voyous d'interroger l'espion afin d'établir sa véritable identité.

Tandis que Bond est emmené dans une pièce insonorisée sous prétexte de recevoir un coup de téléphone, Carver est amené à prononcer le discours d'éloges de son satellite à l'adresse de ses nombreux invités. Cependant, tandis qu'il parle, Bond parvient à se défendre (et même à battre tous ses tortionnaires), puis il coupe le courant dans tout le studio, sabotant donc la soirée. Très furieux par cela, Carver renvoie son attachée de presse.

Péripéties Modifier

Carver et le journal télévisé

Carver visionnant le journal télévisé.

Plus tard dans la soirée, Carver visionne un journal télévisé sur une autre chaîne que la sienne où l'incident est annoncé. Le magnat des médias est toujours aussi contrarié par ce qui est arrivé et même Paris ne parvient pas à le réconforter. Carver aimerait savoir pourquoi Bond a agi ainsi et envoie alors sa femme dans sa chambre d'hôtel pour le découvrir. Malheureusement, Paris finit par faire l'amour avec 007 et lui donne les informations sur un laboratoire secret dans l'imprimerie de son mari. Elliot, lui, rend visite à Gupta qui lui révèle que Bond est un agent secret, ayant enregistré une partie d'une conversation que 007 a eu avec Paris au cours de la soirée où la jeune femme demandait s'il dort toujours avec une arme sous son traversin. Carver décide donc que sa femme doit payer sa trahison et envoie son assassin personnel, le Dr. Kaufman, dans la chambre d'hôtel pour qu'il élimine le duo. Le criminel parvient à assassiner Paris mais Bond est absent au moment du meurtre car il infiltre l'imprimerie de Carver. D'ailleurs, il dérobe l'encodeur GPS tout en affrontant les gardes. Carver en est vite informé puisqu'il appelle Bond lorsqu'il arrive à son hôtel.

De retour dans sa chambre, l'employé du MI6 y trouve Kaufman qui le confronte alors que d'autres voyous tentent d'ouvrir sa BMW afin de reprendre l'encodeur. Malheureusement, Bond tue Kaufman et s'échappe avec l'encodeur.

Quelques heures plus tard, Bond se rend sur une base aérienne américaine, quelque part en mer de Chine, où il fait analyser l'encodeur à un expert en système GPS nommé Dave Greenwalt, qui le mène jusqu'à l'épave du HMS Devonshire, dans les eaux territoriales vietnamiennes. Bond plonge dans le navire où il retrouve Wai Lin, qui se révèle être une espionne chinoise. Après s'être aperçu de la disparition du missile, le duo est capturé par Stamper et ses hommes et sont emmenés dans une tour de Carver à Saïgon, au Viêt Nam. Tandis qu'ils sont conduits dans un couloir, Lin est étonnée de croiser le général Chang (dont elle mène une enquête[1]) et comprend ainsi qu'il est impliqué dans les projets du terroriste britannique. Lorsqu'ils arrivent vers ce dernier, celui-ci écrit leurs éloges funèbres, puis il leur présente ses journaux qui évoquent tous la crise entre la Chine et le Royaume-Uni. Tandis que Carver discute une nouvelle fois avec Bond, Gupta l'informe que Chang veut le voir et le leader présente donc à Bond et à Lin des instruments de torture nommés Chakras que Stamper est censé utiliser pour les torturer à mort. Malheureusement, les deux agents secrets se mettent à attaquer les gardes et parviennent une fois de plus à s'échapper. Un hélicoptère est envoyé pour les poursuivre alors qu'ils fuient en moto mais 007 le détruit au terme d'une course-poursuite dans les rues de la ville. Suite à cela, Lin et lui-même décident de collaborer ensemble pour empêcher Carver de déclencher la guerre.

Affrontement final dans le Sea Dolphin II et mort Modifier

Carver et le tir des missiles

Carver ordonnant le tir des missiles.

Bond et Lin établissent que le Sea Dolphin II se trouve quelque part dans la baie de Ha Long. Ils s'y rendent en jonque et y arrivent le soir-même. Alors qu'ils se dispersent pour placer des mines, Carver ordonne à ce qu'un missile soit tiré sur l'Angleterre et un autre sur la Chine. Ainsi, chaque nation se croira attaquée par l'autre tandis que le magnat des médias se fera un grand plaisir de s'occuper des images pour ses médias. Ensuite, Elliot demande à Gupta dans combien de temps les MiG seront à portée de tir de la Roval Navy, il aperçoit Lin sur une caméra de surveillance et réprimande l'un de ses hommes de ne pas l'avoir vu avant d'envoyer Stamper et d'autres sbires la capturer avec Bond. Ces derniers parviennent à capturer Lin mais pas Bond, qui se fait passer pour mort afin de pouvoir infiltrer le navire facilement. Aussitôt informé par Stamper que 007 est "mort", Carver lui ordonne de neutraliser les mines et de lui amener Lin, ce que Gupta désapprouve.

Une fois devant Carver, l'espionne lui déclare que son plan a été découvert mais celui-ci lui fait savoir que deux MiG chinois ont décollés pour attaquer une frégate britannique, le HMS Bedford, et qu'il est de toute façon en sécurité puisqu'il se trouve dans un navire furtif. Le terroriste est ensuite amusé lorsque son otage essaie de l'attaquer après qu'il l'ait provoqué avec la "mort" de Bond.

Pendant ce temps, Barbara Mawdsley, la directrice du MI6 et supérieur hiérarchique de Bond, reçoit un message auparavant envoyé par son agent qui stipule que Carver berne le Royaume-Uni et la Chine. Elle suggère donc à la Roval Navy de rechercher le navire furtif de Carver. Le magnat des médias, lui, explique ses plans à Lin alors que Bond prépare du matériel pour provoquer une explosion qui endommagerait le navire ce qui permettrait au Bedford de le voir sur son radar. L'agent secret britannique prend également Gupta en otage, l'empêchant par conséquent de tirer le missile sur Pékin. Avec Lin en otage, Carver, Stamper et leurs sbires s'avancent jusqu'au pont et menacent Bond de leurs armes. Cependant, le leader dissuade ses hommes de tirer. Bond veut faire un marché avec son ennemi : s'il relâche Lin, il lui rend Gupta sachant qu'il ne peut pas tirer le missile sans lui. Elliot refuse cependant et tue même Gupta puisqu'il ne lui suffit que d'appuyer sur un bouton pour tirer le missile. Bond déclenche ensuite son explosion, endommageant le bateau et permettant à Lin de s'en tirer. Alors que le navire est désormais visible au radar du Bedford, Bond et Lin se dispersent à nouveau : Bond va stopper le missile tandis que sa partenaire se rend à la salle des machines pour détruire les moteurs.

Carver menaçant

Carver tenant Bond sous la menace de son pistolet.

Finalement, alors que le navire a subi de graves dommages et que la plupart des sbires l'abandonnent, Carver envoie Stamper dans la salle des machines pour y capturer Lin, puis il reste au poste de commande où il voit Bond éliminer le capitaine du navire et détruire le pupitre de commande. Le leader intervient ensuite personnellement en frappant l'espion anglais par derrière avant de le tenir sous la menace de son pistolet. Fier de lui et apparemment vainqueur malgré toutes les péripéties, Carver déclare à son ennemi que si le Sea Dolphin II est détruit, toutes les preuves de ses actions le seront également alors qu'il sera en toute sécurité dans l'un de ses hélicoptères. Cependant, Bond actionne discrètement la foreuse utilisée par les sbires de Carver pour couler le Devonshire et la fait avancer vers le redoutable magnat des médias. Cela le distrait et 007 en profite pour s'attaquer à lui et le désarmer. Tandis que l'employé du MI6 maintient Carver devant la foreuse qui continue d'avancer, il l'informe qu'il a oublié que la première règle du gouvernement des médias de masse est de donner aux gens ce qu'ils veulent. Au dernier moment, Bond le lâche et s'éloigne tout en regardant la foreuse le broyer avec ses rotors alors qu'il poussait de gros hurlements de panique dans ses derniers souffles.

Immédiatement après la mort de Carver, Bond termine de déjouer ses plans en plaçant des détonateurs sur le missile afin de le faire exploser. Il affronte également Stamper (qui a entretemps plongé une Wai Lin enchaînée dans l'eau) et celui-ci est tué au cours de l'explosion du navire. Bond et Lin, eux, sont protégés sous l'eau lors de l'explosion et survivent.

Un peu plus tard, un faux communiqué de presse du MI6 dicté par Barbara Mawdsley à sa secrétaire Moneypenny est publié dans le but de couvrir la mort de Carver. Il annonce que le magnat des médias est porté disparu, présumé noyé lors d'une croisière à bord de son yacht au large de la mère de Chine méridionale et que, à l'heure actuelle, les autorités locales privilégient la piste du suicide.

Alliés Modifier

Production Modifier

Elliot Carver est considéré comme l'un des deux antagonistes principaux (l'autre étant le général Chang) du film de James Bond de 1997 Demain ne meurt jamais. Il a été interprété par l'acteur britannique Jonathan Pryce qui a été doublé dans la version française par le comédien spécialisé dans le doublage Jean-Luc Kayser.

Le personnage a été créé par le scénariste américain Bruce Feirstein, qui s'était inspiré du magnat de presse et homme politique britannique Robert Maxwell. En écrivant le scénario, Feirstein s'était également inspiré de sa propre existence en tant que journaliste et déclarait écrire "quelque chose qui est ancré dans un cauchemar de la réalité".

Dans les premières versions du scénario, le personnage se nommait Elliot Harmsway. Néanmoins, il était déjà un magnat des médias né à Hong Kong. Cependant, son rôle comportait quelques différences par rapport à la version finale du personnage et il partageait également quelques similitudes avec le célèbre terroriste Ernst Stavro Blofeld, puisque certains de ses sbires avaient des numéros et il en tuait un lors d'une réunion. À l'époque, il était décidé que l'antagoniste terminait noyé à la suite d'un combat avec James Bond[2][3].

Le célèbre acteur britannique Anthony Hopkins a été pressenti pour incarner Elliot Carver mais malheureusement, le script a pris beaucoup de retard au point de ne pas être prêt au moment du tournage, si bien que Hopkins a préféré quitter le projet au bout de 3 jours afin de jouer dans le film Le masque de Zorro (1998)[4][2]. Ironiquement, ce film est réalisé par le Néo-Zélandais Martin Campbell, qui avait réalisé le précédent film de 007, Goldeneye (1995), et qui avait choisi de réaliser ce film après avoir refusé de travailler sur deux James Bond d'affilés.

Au cours du tournage, les locaux de la société américaine informatique IBM dans la banlieue de Londres sont utilisés pour représenter le siège du Carver Media Group Network[5].

Lors du montage du film, certaines scènes ont étés raccourcies, si ce n'est carrément coupées. Tout d'abord, la scène de briefing entre James Bond, Barbara Mawdsley et son agent Charles Robinson dans la voiture était à l'origine plus longue puisqu'on apprenait des informations supplémentaires sur Elliot Carver, notamment sur son passé. La scène où Bond rencontre Carver à la soirée d'inauguration à Hambourg était elle aussi bien plus longue puisque le magnat des médias racontait toute l'anecdote sur la crise de la vache folle à ses invités (alors que seule une référence n'est faite dans la version finale du film). Il parlait également plus de son travail de rédacteur à Hong Kong. Une autre coupure notable a lieu vers la fin du film, lorsque Carver réprimande le sbire qui n'a pas repéré Wai Lin sur la caméra de surveillance. À l'origine, il demandait à Stamper de le tuer et celui-ci lui faisait connaître une mort brutale. C'est certainement en raison de l'intensité de la violence que cette scène a été supprimée. Dans le film finit, le garde n'est pas tué[6].

À l'époque de la sortie du film, une adaptation en roman rédigée par l'écrivain américain Raymond Benson est publiée. Celle-ci est assez fidèle à l'histoire originale ce qui signifie qu'Elliot Carver apparaît de même, toujours en tant qu'antagoniste principal. C'est dans cet ouvrage qu'est mentionné son passé, notamment son abandon par son père et la reprise de son empire médiatique. Cependant, il comporte aussi quelques différences par rapport au film. Tout d'abord, le roman ne mentionne nullement que Carver cherche à pouvoir diffuser ses programmes en Chine, ses véritables motivations n'étant pas clairement expliquées. Toutefois, le magnat des médias reproche à l'Angleterre d'avoir rétrocédé Hong Kong et pense que le fait d'avoir été abandonné par son père est à l'origine de sa soif de pouvoir. Ensuite, lors de la soirée qu'il tient à Hambourg, Wai Lin lui est présentée comme concurrente de James Bond au poste de banquier et Paris gifle 007 en sa présence. De plus, Bond sabote la soirée cette fois en activant le dispositif anti-incendie. Une courte scène est également rajoutée dans laquelle Carver et Stamper rendent visite à Paris dans la chambre d'hôtel de Bond. Ensuite, la scène où Bond et Lin rencontrent Carver et ses sbires dans la tour de Saïgon comporte elle aussi plusieurs différences : tout d'abord, Carver suggère à Stamper de s'enfoncer un presse-papier dans la jambe (l'Allemand le fait avec beaucoup de plaisir car dans cette version, il ressent du plaisir au lieu de la douleur), quelque chose qui n'existe pas dans le film. Carver révèle également qu'il a l'intention de provoquer une guerre tous les deux ans et les instruments de torture du Dr. Kaufman ne sont pas présentés à Bond et à Lin. Enfin, Carver ouvre le feu sur la Royal Navy lorsque le Sea Dolphin II est repéré et il meurt cette fois après Stamper puisqu'il tire lui-même un missile où l'Allemand est suspendu à l'arrière de celui-ci[1].

Carver apparaît également dans le jeu-vidéo Demain ne meurt jamais, qui est bien entendu basé sur le film. Il a toujours l'apparence physique de Jonathan Pryce mais a été doublé par l'acteur britannique Steve Hope Wynne. Une fois encore, il orchestre l'attaque sur un navire de guerre britannique (très sûrement le HMS Devonshire) et ses médias publient l'incident avant même que le MI6 n'ait obtenu un rapport complet, ce qui amène le service à le soupçonner et à charger James Bond de mener une enquête sur lui. Comme dans le film, Carver rencontre 007 à sa soirée à Hambourg. Après que l'espion ait été giflé par Paris, le magnat des médias les rejoint et propose à l'Anglais de lui faire visiter les installations. Bond accepte mais est assommé par un homme de main. Il est enfermé dans une pièce où se trouve un miroir à double sens mais il parvient à s'échapper grâce à l'un de ses gadgets. Bond se rend ensuite à la presse et s'engage dans une fusillade l'opposant aux gardes de Carver avant de récupérer l'encodeur GPS.

Après s'être rendu à son hôtel où il sauve Paris de Kaufman, 007 s'échappe dans sa BMW. Entre-temps, Carver engage le terroriste Satoshi Isagura pour mener une attaque de gaz neurotoxique à Yokohama, au Japon, qui sera rapportée par Tomorrow. Malheureusement, le MI6 reçoit les détails du paiement supposé d'Isagura et Bond est envoyé pour le tuer, une tâche qu'il accompli avec succès avant d'être envoyé à Saïgon. Une fois là-bas, Bond dérobe un disque de données dans la tour de Carver, poussant ce dernier à soudoyer la police militaire locale pour l'abattre. Après avoir découvert l'emplacement du navire furtif, Bond et Wai Lin s'y rende. 007 tue Stamper, puis Carver tout en empêchant le missile nucléaire d'être tiré sur Pékin.

L'imprimerie de Carver peut par ailleurs être déverrouillée en tant que carte multijoueur dans le jeu-vidéo de 2001 007 : Nightfire mais le personnage ne fait aucune apparition dans ce jeu.

Compte tenu de sa notoriété et surtout, de son rôle en tant qu'antagoniste principal dans un film de James Bond, Elliot Carver a été reproduit en figurine.

Images Modifier

Notes Modifier

  • Elliot Carver est le tout premier antagoniste de la saga à être marié, ses prédécesseurs ayant pour la plupart des femmes parmi leurs employés où, dans le meilleur des cas, avaient une maîtresse mais ils n'étaient en aucun cas mariés. Après Carver, deux autres méchants (Alex Dimitrios et Marco Sciarra) seront également mariés. Cependant, Carver est le seul d'entre eux à être un ennemi principal et à ne pas intervenir dans la génération de Daniel Craig.
  • Carver connaît sans doute l'une des morts les plus sanglantes de la saga. La sienne rivalise en effet avec d'autres telles que celle de Klotkoff, de Milton Krest ou de Dario.
  • Le fait que Barbara Mawdsley dicte à Moneypenny un faux communiqué de presse stipulant que Carver est mort noyé au cours d'une croisade est une référence directe (bien que subtile) au fait que les circonstances de la mort de Robert Maxwell ont étés mises en cause et que la cause officielle est justement qu'il est mort noyé.

Références Modifier

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6 et 1,7 Benson, Raymond (1997), Demain ne meurt jamais.
  2. 2,0 et 2,1 http://www.commander007.net/2015/02/demain-ne-meurt-jamais-le-script-dorigine/
  3. https://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.universalexports.net%2Fscripts%2Ftnd.pdf
  4. https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=https://www.imdb.com/title/tt0120347/trivia&prev=search
  5. Levin, Guillaume (2015). James Bond: L'encyclopédie 007. ISBN 9782755622270.
  6. http://www.commander007.net/1997/12/demain-ne-meurt-jamais-les-scenes-coupees/