FANDOM


Le commandant Geoffrey Boothroyd, plus connut par son pseudonyme de Q, est le quartier-maître des services secrets britanniques. Un homme à la fois âgé et extrêmement ingénieux, Q est primordial au MI6 car c'est lui qui fournit les armes, gadgets ou véhicules tout en expliquant leur fonctionnement aux agents secrets du département dont James Bond. Ses rencontres avec l'agent 007 sont d'ailleurs souvent l'objet de blagues de la part de Bond qui exaspèrent en général le commandant Boothroyd qui se montre régulièrement exaspéré par son humour, et surtout par le manque de soin que l'agent anglais porte à son matériel (il a en effet la fâcheuse tendance à le détruire lors de ses missions).

Q a l'ambition de vouloir créer des gadgets qui s'intègrent toujours mieux dans l'environnement et ces derniers sont souvent explosifs. Lorsque les agents du MI6 sont en mission dans d'autres pays, il n'est pas rare que Q se rende lui-même sur le terrain pour les équiper.

Dans les films Modifier

Bons baisers de Russie Modifier

En 1963, James Bond arrive au bureau de Miss Moneypenny et alors qu'il allait échanger quelques blagues avec elle comme dans son habitude et ce, en présence de Q, son patron M lui demande de le suivre dans son bureau. Le chef des services secrets britanniques commence ensuite à le briefer sur sa prochaine mission qui aura lieue dans la ville d'Istanbul, en Turquie. À la demande de M, Miss Moneypenny fait ensuite entrer Q dans la pièce. L'armurier porte une mallette et s'empresse d'expliquer à l'agent 007 les modifications qu'il a apporté à l'objet. Il révèle d'abord que 20 cartouches servant de munitions et contenues dans 2 cylindres sont dissimulés dans la face arrière de la mallette, avant d'apprendre à Bond qu'un poignard sort d'une autre des faces si l'on presse un bouton. Boothroyd ouvre ensuite la mallette et indique à l'agent "00" un fusil de tireur d'élite automatique et pliant. Il précise que l'arme est équipée d'un viseur télescopique à lumière infrarouge. L'armurier présente ensuite des courroies où se trouvent 50 souverains en or. Il présente ensuite une cartouche de gaz lacrymogène qui a l'apparence d'une boîte de talc ordinaire. Q fixe l'objet sur le côté de la serviette avant de la refermer et d'expliquer à 007 qu'elle est équipée d'un mécanisme anti-falsification. En effet, si l'utilisateur ne l'ouvre pas comme Q l'explique à Bond, la cartouche de gaz lacrymogène explose, désorientant l'utilisateur. À sa demande, l'espion anglais essaie ensuite de l'ouvrir et réussi. Boothroyd se retire finalement, laissant la mallette à Bond qui déclare ouvertement à M qu'il doute qu'elle lui soie utile dans sa mission.

007 se trompait car lors de sa mission, il a plusieurs occasions de se servir de la serviette ainsi que de ses fonctions. Il utilise d'abord le fusil pliable avec son allié Ali Kerim Bey pour abattre le tueur bulgare Krilencu. Un peu plus tard, à bord du train Orient Express, Bond est tenu en joue par l'assassin Donald Grant et lui propose les 50 souverains en or que contient la mallette contre une cigarette. Grant veut alors ouvrir la serviette mais comme il l'ouvre comme à l'ordinaire, la cartouche de gaz lacrymogène explose et désoriente le criminel ce qui permet à Bond de le provoquer dans un affrontement où il finit par le tuer après avoir utilisé le poignard dissimulé dans la mallette. Enfin, Bond est plus tard confronté à un hélicoptère où se trouvent des agents du SPECTRE et utilise à nouveau le fusil pour en venir à bout.

Goldfinger Modifier

Un an plus tard, Bond est sensé partir en mission ayant un lien avec le richissime Auric Goldfinger mais avant, il doit rendre visite au commandant Boothroyd dans son laboratoire, au sein du MI6. Lorsqu'il y entre et commence à rechercher le quartier-maître, l'agent secret britannique assiste deux techniciens dans leur expérience. Bond prend ensuite une grenade argentée qu'il a trouvé. Q la lui reprend et l'invite à le suivre. Bond demande ensuite des nouvelles de sa Bentley et le commandant déclare que dans sa prochaine mission, il utilisera une splendide Aston Martin DB5 qui est bien entendu équipée de gadgets. Boothroyd commence par annoncer que le pare-brise de la voiture est à l'épreuve des balles, tout comme les autres glaces. Il lui explique ensuite que les plaques d'immatriculation sont interchangeables et donc valables sur les territoires britanniques, suisses et français. L'armurier remet ensuite à l'agent secret un émetteur qui est relié à la voiture par un écran radar et lui permet ainsi de suivre les véhicules ennemis. Il poursuit ensuite ses éloges sur la voiture et indique l'accoudoir du véhicule qui comporte tout un système de mécanisme de défense comme un écran de fumée ou un destructeur de pneu. Q en vient ensuite à la fonction la plus frivole : le siège du passager avant peut être éjecté via un bouton dissimulé dans la boîte à vitesse et Q recommande à Bond de ne pas y toucher. 007, bien étonné par ce gadget, déclare que Q plaisante mais le vieil homme déclare qu'il ne plaisante jamais dans son travail.

Durant sa mission, Bond se sert très souvent de l'émetteur et de l'écran radar pour suivre le véhicule de Goldfinger. De plus, à un moment donné, il est poursuivit avec la vengeresse Tilly Masterson par les hommes d'Auric Goldfinger et le duo monte dans l'Aston Martin DB5 et fuient dans la voiture. Bond utilise plusieurs gadgets pour se débarrasser de leurs poursuivants. À un moment donné, Tilly est tuée par le coriace Oddjob et 007 est capturé et tenue en joue dans sa propre voiture par l'un des soldats. Il utilise alors la fonction du siège éjectable pour envoyer valser l'intrus et continue de fuir les autres sbires. Hélas, il finit par percuter un mur de briques et Bond, alors inconscient, est à nouveau enlevé par Oddjob et les hommes de mains de Goldfinger.

Opération Tonnerre Modifier

Q rencontrant Bond aux Bahamas

Q rencontrant Bond aux Bahamas.

En 1965, Q retrouve l'agent 007 du MI6 alors qu'il est en pleine mission aux Bahamas. Il profite de leur rencontre pour lui présenter les gadgets qu'il est sensé utiliser durant sa mission. Son équipement est composé d'un compteur Geiger dissimulé dans une montre, d'une caméra sous-marine qui peut prendre huit photographies consécutives même dans une totale obscurité et avec une pellicule infrarouge, d'un minuscule revolver qui peut envoyer une fusée rouge éclairante qui peut permettre à Bond de se faire apercevoir au loin en cas de détresse, et surtout, d'un cirage-oxygène, un petit respirateur portable et discret qui peut permettre à son utilisateur de respirer aisément sous l'eau pendant une période d'environ 4 minutes. Q recommande à 007 d'utiliser tout ce matériel avec le plus grand soin.

On ne vit que deux fois Modifier

Q et Bond au Japon

Q rencontrant Bond au Japon.

Deux ans plus tard, Bond est en mission au Japon et Boothroyd fait le voyage jusqu'au pays asiatique avec un certain nombre de ses assistants. Q rencontre ainsi Bond en présence du chef des services secrets japonais Tigre Tanaka et de son assistante Aki. Agacé par les blagues de l'agent "00", Q se montre grincheux et réplique que son voyage jusqu'au Japon a été long et fatiguant et qu'il n'est donc pas d'humeur à supporter ses sarcasmes. Au même moment, ses assistants entrent avec des mallettes comportant divers objets d'assemblages. Q supervise alors l'assemblage d'un autogire nommé la Petite Nellie alors que Bond, Tanaka et Aki assistent intrigués au spectacle. Le moyen de transport s'avère comporter diverses fonctions : des mitrailleuses synchronisées, des lance-flammes jumelés ayant une portée de 80 mètres, des mines aériennes, des lances-roquettes également jumelées et enfin, des missiles de recherche de chaleur. Après avoir parlé à 007 des fonctions, Q le regarde décoller dans l'aéronef avec Tanaka et Aki. Bond utilise la Petite Nellie pour survoler la région et après avoir survolé un volcan, il est poursuivit par plusieurs autres aéronefs qui sont apparemment pilotés par des agents du SPECTRE. Bond utilise alors les gadgets de la Petite Nellie pour s'en débarrasser.

Au service secret de sa majesté Modifier

En 1969, alors que James Bond est recherché par le MI6, Q est dans le bureau de M et lui suggère d'améliorer l'équipement spécial du MI6 car selon lui, il est obsolète depuis plusieurs années. En guise d'exemple, Boothroyd présente au chef des services secrets britanniques une fibre radioactive pouvant servir de dispositif de pistage. M, bien peu intéressé par cette invention, déclare qu'il aimerait connaître la position actuelle de l'agent 007.

Q avec Bond et Tracy

Q s'entretenant avec Bond et Tracy.

Quelques jours plus tard, Q est présent au mariage de Bond et de Tereza di Vicenzo et s'entretient d'ailleurs avec les deux amoureux. Tracy lui fait savoir qu'elle a entendu parler de lui. Boothroyd félicite 007 et lui avoue qu'il l'avait trouvé un peu irresponsable par le passé mais qu'à cette occasion, il ne se le permettrait pas. Alors que Tracy les laisse pour aller voir son père, Marc-Ange Draco, Q dit à Bond qu'il est là si il aurait besoin de lui mais James dit alors qu'il a ses gadgets et qu'il s'en sortira. Q et M vont ensuite vers Miss Moneypenny qui est en train de pleurer et en prenant le chapeau que James avait lancé à la secrétaire, Q déclare que "007 n'a jamais eu de respect pour la propriété de l'état".

Les diamants sont éternels Modifier

En 1971, Bond est en mission à Amsterdam où il entre en contact avec la contrebandière Tiffany Case sous l'identité d'un trafiquant de diamants. Q avait en réalité fournit à 007 de fausses empreintes palmaires afin que Case ne puisse pas établir sa véritable identité en relevant ses empreintes. D'ailleurs, Bond appelle le quartier-maître et exprime son appréciation quant à son travail. Q déclare que ce n'est qu'une petite invention avant de dire que M a essayé de le joindre pour l'avertir que le contrebandier dont il a prit l'identité s'est évadé (il a été arrêté apparemment arrêté par des douaniers) et Bond raccroche alors sans le saluer, prêt à arrêter cet homme.

Plus tard, Q se rend à Las Vegas pour venir en aide à Bond dans cette nouvelle mission. Il lui fournit un système d'altération vocale ce qui permet à l'espion anglais de contacter le chef du SPECTRE Ernst Stavro Blofeld et de se faire passer pour son bras droit Bert Saxby. Ainsi, il apprend précisément où se trouve Willard Whyte, le milliardaire américain prisonnier de Blofeld. Après avoir raccroché, Bond félicite à nouveau Q pour son travail et l'armurier déclare qu'il a confectionné quelque chose de semblable pour ses enfants à la dernière fête de Noël.

Plus tard encore, alors que Bond et les agents de la CIA sauvent Whyte et tuent le vrai Saxby, Q se rend dans un casino à Las Vegas où il teste un de ses gadgets, un anneau électromagnétique, sur une machine à sous et ce, en présence de Tiffany Case. Comme cette dernière est sur le point d'être arrêtée alors qu'elle considère être officiellement du bon côté de la loi, elle demande à Q si il pourrait lui venir en aide. Tiffany, qui a remarqué Blofeld, prend finalement la fuite, laissant Q parler de son gadget dans le vide. Lorsqu'il a terminé, il se demande bien entendu où Tiffany est passé.

L'homme au pistolet d'or Modifier

En 1974, James Bond est sur une affaire concernant le tueur à gages Francisco Scaramanga, lequel a la particularité de se servir d'un pistolet en or. Bond récupère justement une balle en or dans le nombril de la danseuse du ventre Saida et rejoint Q et ses assistants dans leur laboratoire au MI6 et fait analyser la balle en question. Q et son collaborateur procèdent alors à l'analyse et révèlent alors à Bond le nom de l'armurier qui a conçu la balle.

Plus tard, alors que Bond poursuit sa mission, Q et M se rendent à Hong Kong afin d'y rencontrer le scientifique britannique Gibson dans l'épave du RMS Queen Elizabeth pour discuter avec lui de son retour en Grande-Bretagne. Malheureusement, Gibson ne pourra jamais rejoindre les deux hommes car il est mortellement abattu par Scaramanga et en présence de Bond. L'agent secret britannique est ensuite apparemment arrêté par l'agent local des services secrets britanniques, le lieutenant Hip, qui l'emmène à l'épave où il rencontre M, Q et le professeur qui les accompagnait. Au cours de la discussion qui s'ensuit, il est convenu que Bond et Hip doivent enquêter sur le multi-milliardaire thaïlandais Hai Fat. 007 entend bien rencontre cet homme en se faisant passer pour Scaramanga et demande alors à Q de lui confectionner un troisième mamelon qui est la caractéristique du célèbre assassin.

Plus tard encore, l'assistante de Bond, Mary Bonne-Nuit, est enlevée par Scaramanga et avec le Solex Agitateur, l'objet qu'ils devaient récupérés avec Hip. 007 retourne alors à l'épave du Queen Elizabeth et explique la situation à M et à Q. Le chef des services secrets britanniques semble étonné par le fait que Scaramanga se soit échappé dans une voiture volante ce qui incite Q à préciser que la Q Branch est actuellement en train de travailler sur un véhicule similaire. M lui demande alors de se taire. Bond précise ensuite que le dispositif fournit par Q n'est pas parvenu à localiser Bonne-Nuit et l'armurier, frustré par cette remarque, commence à répliquer mais M lui demande à nouveau de se taire.

L'espion qui m'aimait Modifier

Q et la trace de chaleur

Q disant qu'il est possible de repérer un sous-marin par sa trace de chaleur.

Q est présent, tout comme Bond, lorsque ce dernier rentre d'une mission en Autriche. Il reste présent lorsque Bond et d'autres hommes disent qu'ils soupçonnent les Russes d'être responsables de l'attaque qui a fait sombrer un sous-marin. Q intervient alors en disant qu'il est possible de repérer un appareil d'après sa trace de chaleur.

Plus tard, Bond est en mission en Egypte ce qui incite Q, M et Miss Moneypenny à opérer temporairement dans le pays africain. Q et ses assistants travaillent ainsi dans leur laboratoire en Egypte alors que Bond et l'agent russe Anya Amasova récupèrent un microfilm et 007 envisage de le faire analyser à Q afin de connaître l'identité de la personne qui la confectionner. Alors qu'ils s'apprêtent à entrer dans le laboratoire de Q, le quartier-maître et ses assistants testent un plateau capable de décapiter un mannequin. Plusieurs autres expériences ont ensuite lieu. Q projette ensuite l'image contenue sur le microfilm et déclare que selon lui, il a été confectionné en Italie, plus probablement dans la ville de Venise. Cependant, Bond remarque la présence d'un logo à la droite de l'image et Q zoom sur le dessin à sa demande. Anya Amasova leur apprend ensuite qu'il s'agit de l'emblème de la Stromberg Shipping Lines, un centre de recherche marine fondée par l'homme d'affaires Karl Stromberg. Bond et Anya partent alors en Sardaigne, en Italie, pour enquêter sur Stromberg. Q fait également le voyage et les rencontre à un port où il leur fournit une Lotus Esprit équipée de gadgets. Boothroyd veut mettre 007 en garde et lui parler des caractéristiques de la voiture mais l'espion anglais l'interrompt et repart avec la voiture, laissant un Q furieux le regarder s'éloigner.

Un peu plus tard, après avoir approché Stromberg sous une fausse identité qui a vraisemblablement été soufflée, Bond conduit la Lotus avec Anya et ils sont alors poursuivis par plusieurs sbires dont l'imposant Requin. 007 utilise alors une fonction du véhicule pour cracher un écran de poussière sur la voiture ennemie qui fait donc un accident qui est fatal à tous les occupants du véhicule à l'exception de Requin. L'assistante de Stromberg, Naomi, poursuit ensuite la voiture aux commandes d'un hélicoptère et Bond fait volontairement plonger le véhicule sous l'eau. Il utilise ensuite une autre option pour que la voiture se transforme en un sous-marin avant de faire exploser l'hélicoptère de Naomi, la tuant. Des plongeurs poursuivent ensuite la Lotus et l'agent secret britannique utilise alors d'autres fonctions comme des mines pour s'en débarrasser.

Plus tard, à la fin de leur mission, Bond et Amasova font l'amour dans une sonde de sauvetage qui est recueillit par un pétrolier où se trouvent Q, M, le ministre de la Défense britannique ainsi que le chef du KGB Anatol Alexis Gogol. Tous quatre voient alors le duo s'embrasser.

Moonraker Modifier

Au MI6, Q est présent à une réunion avec M et James Bond. Ensemble, ils discutent du Moonraker, une navette spatiale fabriquée en Californie qui serait détruite dans de mystérieuses circonstances. Notamment, le commandant Boothroyd présente les sites du crash du Moonraker et déclare qu'aucune trace de la navette n'a été trouvée parmi les débris. Il profite aussi de cette réunion pour présenter à Bond l'ultime gadget de son invention, un lance fléchettes dissimulé dans un bracelet. Il s'agit d'un gadget qui mue une fléchette par un influx nerveux des muscles du poignet. Ca contient dix projectiles : 5 à bagues bleues qui sont à têtes perforantes anti-blindages et 5 autres cette fois à bague rouge qui sont enduites de cyanure qui entraînent la mort de la cible en trente secondes. Bond s'empresse de tester cela sur un des tableaux du bureau et dit ensuite ironiquement à Q de le commercialiser avant Noël.

Au cours de sa mission, Bond est dans une centrifugeuse et le cruel Chang tente de le tuer avec l'appareil. Sous la tension des muscles du poignet de l'espion piégé, le lance-fléchettes lui sauve la vie en tirant un projectile dans le tableau de bord de la cabine ce qui l'arrête.

Plus tard, alors qu'il s'intéresse aux activités secrètes du propriétaire du Moonraker, Hugo Drax, l'agent 007 découvre l'existence d'un laboratoire secret à Venise où il récupère une fiole contenant un liquide tueur. Il le remet ensuite à M et demande à ce qu'il le fasse analyser à Q.

Par la suite, Q et ses techniciens déplacent une nouvelle fois leur quartier, cette fois dans un monastère brésilien, toujours afin de venir en aide à 007 dans sa mission. L'agent "00" trouve ainsi le commandant dans une cour. Le vieil homme est en compagnie de deux de ses assistants et l'un d'entre eux teste des bolas explosifs qui détruisent la tête d'un mannequin. Satisfait, Q demande à l'autre technicien à ce que l'arme soit prête pour la fête de l'armée. Alors que Bond et lui se dirigent vers M, deux autres inventions dont un pistolet-laser sont testées par les assistants de Boothroyd. Les deux Anglais rencontrent ensuite M dans son bureau et Q leur apprend que le liquide prélevé par 007 est hautement toxique pour l'homme mais qu'il n'a aucun effet sur les animaux. M lui dévoile ensuite la formule de la substance et Bond en déduit que c'est la formule chimique d'une plante, une orchidée. Boothroyd, qui se trouve avoir des connaissances en botanique, déclare qu'il y en a dans la forêt amazonienne. Q fournit ensuite à l'agent 007 un bateau gadgétisé dont il se sert lors de ses recherches. Il utilise également les options de l'engin pour se débarrasser de certains de ses poursuivants, des hommes de Drax.

Plus tard, Q, M et le ministre de la Défense se rendent à un centre de contrôle à Houston, au Texas, aux Etats-Unis, où ils établissent une connexion avec la navette spatial dans laquelle se trouvent Bond et sa partenaire, l'agent de la CIA Holly Goodhead. Tout le personnel voit alors les deux faire l'amour et le ministre de la Défense s'inquiète de savoir ce que fait Bond et Q lui répond d'un air innocent : "Je crois qu'il tente de faire sa rentrée, monsieur". 007 coupe ensuite la connexion afin de continuer de faire l'amour en paix.

Rien que pour vos yeux Modifier

Deux ans après ces derniers événements, en 1981, Bond cherche à identifier un homme qu'il a vu payer un tueur à gages cubain et rend donc visite à Q dans son laboratoire afin de faire appel à l'appareil d'identification qu'il a conçu et qui se nomme l'Identigraph. Lorsque l'agent secret anglais entre dans le laboratoire du quartier-maître, un des assistants de ce dernier teste un gadget sur un mannequin. Alors que Boothroyd conduit 007 à travers le laboratoire pour accéder à l'Identigraph, Bond observe un parapluie se refermer brusquement autour de la tête d'un autre mannequin. Ensuite, l'Anglais est étonné de constater que Boothroyd et son équipe sont parvenus à recoller toutes les pièces de la Lotus qui avait précédemment exploser lorsqu'un homme de main avait essayé de la braquer. Q compose ensuite un code couleur pour pouvoir entrer dans la petite pièce où se trouve l'Identigraph et 007 s'amuse brièvement avec le code, à l'agacement du commandant. La procédure d'identification démarre alors : James fait la description du suspect qu'il veut identifier afin que Boothroyd puisse dresser le portrait-robot de l'homme et cela permettra, via la coopération de plusieurs autres agences et polices dans le monde, d'établir son identité. L'identification terminée, Bond et Q apprennent que le suspect est un criminel de nationalité belge se nommant Emile Leopold Locque. 007 informe immédiatement le chef d'état-major de ces nouvelles.

Octopussy Modifier

C'est en Inde qu'a lieu la nouvelle rencontre entre Bond et Q, dans un autre laboratoire de ce dernier. Cette fois, 007 est accompagné de Vijay.

Dangereusement vôtre Modifier

Q est à une réunion avec Bond dans le bureau de M. Il analyse un micro-processeur puce que Bond a rapporté. L'analyse révèle que la puce en question est la création de Zorin Industries.

Une fois la mission de Bond terminée, avec un gadget, Q observe Bond et Stacey Sutton qui font l'amour sous la douche.

Tuer n'est pas jouer Modifier

Q présente à 007 divers gadgets dont une clé qui est incapable d'ouvrir 90% des cellules existants dans le monde.

Permis de tuer Modifier

Q est sur le terrain où il assiste et vient en aide à James Bond ainsi qu'à Pam Bouvier.

Goldeneye Modifier

James Bond se rend dans son laboratoire qui est de plus en plus sophistiqué. Q est ainsi le confectionneur d'outils de plus en plus utiles et modernes. Par exemple, lorsque Bond le rejoint, Q est équipé d'un plâtre qui peut être projeté à grande vitesse et ainsi, être à l'origine de dégâts profonds. Q lui présente cette fois un stylos-grenade qui peut être désamorcé.

Demain ne meurt jamais Modifier

À Hambourg, en Allemagne, Bond est en mission et rencontre Q qui est sur les lieux sous la couverture de vendeur de voiture. C'est ainsi que le vieil homme présente à l'agent 007 la BMW qu'il est sensé utiliser dans sa prochaine mission. Le véhicule a un équipement assez inhabituel comme une voix féminine et a l'extraordinaire particularité de pouvoir être piloté à distance avec un téléphone. Cela semble fasciner Bond et Q tente de lui faire une démonstration mais n'y parvient pas vraiment. Bond utilise alors le téléphone et pilote habillement la BMW avant de conclure que la voiture et lui sont faits l'un pour l'autre. À ces mots, Q réplique "Grandissez un peu, 007 !" avant de s'en aller, laissant Bond avec sa splendide nouvelle voiture.

Au cours de sa mission, Bond utilise plusieurs fois la BMW. Il est notamment poursuivit à travers le parking de son hôtel par des voyous à la solde du baron des médias Elliot Carver et la voiture termine finalement sa course dans un magasin de location de voitures.

Le monde ne suffit pas Modifier

Nous sommes en fin d'année 1999 et Boothroyd est sur le point de prendre sa retraite bien méritée. Il est donc en train de former un homme, R, pour lui succéder dans la profession de quartier-maître des services secrets britanniques. Malgré tout, Q et son équipe continuent de créer des gadgets pour le MI6 comme le Q Boat, un bateau de pêche équipé de gadgets. Cependant, un attentat est imminent au siège même du MI6 et serait fatal au magnat du pétrole Sir Robert King, un ami d'enfance de M venu récupérer de l'argent. Bond court alors à travers le bâtiment pour essayer de sauver Robert King et Q le voit passer. Malheureusement, il est trop tard : la bombe explose, tuant King. Aussi, Bond se lance à la poursuite de la responsable de l'attentat, Giulietta da Vinci, et monte à bord du Q Boat pour la poursuivre. Boothroyd le voit et hurle alors que l'engin n'est pas terminé mais Bond l'ignore et quitte le bâtiment détruit dans le bateau et poursuit Giulietta sur la Tamise. Le bateau termine détruit et la tueuse se suicide.

Quelques jours plus tard, les cérémonies funèbres rendant hommage à Robert King ont lieu en Ecosse et le MI6 déplace ses quartiers là-bas. Bond rencontre Q dans son laboratoire et le vieil homme reproche à l'agent "00" d'avoir détruit son bateau de pêche (il comptait vraisemblablement l'utiliser lors de sa retraite). Le commandant présente ensuite son successeur à James avant de disparaître sans laisser de traces.

Production Modifier

Cette version de Q apparaît dans 17 des 25 composant la saga cinématographique de James Bond a été interprétée par l'acteur britannique Desmond Llewelyn. Au cours de ses 17 apparitions, plusieurs acteurs ont prêtés leur voix dans le doublage francophone.

À l'origine, l'acteur britannique Peter Burton, qui incarnait le commandant Boothroyd dans James Bond 007 contre Dr. No (1962), devait revenir pour incarner le personnage dans Bons baisers de Russie (1963). Malheureusement, il était indisponible et le rôle a finalement été confié à Desmond Llewelyn, alors fan d'une bande dessinée quotidienne de James Bond. Apparemment, la raison pour laquelle on lui avait fait la proposition était qu'il avait travaillé avec Terence Young, le réalisateur du film, dans le film de 1950 Trois des chars d'assaut[1]. Ainsi donc, Llewelyn avait accepté le rôle et incarne par la suite le personnage dans quasiment tous les films de James Bond produit par EON Productions jusqu'à Le monde ne suffit pas (1999) (il est absent de Vivre et laisser mourir (1973)).

Note Modifier

  • Le film Le monde ne suffit pas est le tout dernier que tourne Desmond Llewelyn car l'acteur est malheureusement victime d'un accident de voiture quelques semaines seulement après le tournage. Heureusement, dans le film, le personnage prend sa retraite et présente à Bond son successeur qui prendra sa relève dans le film suivant, Meurs un autre jour (2002), ainsi que dans certains jeux-vidéos de James Bond.

Référence Modifier

  1. https://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.imdb.com/title/tt0057076/trivia&prev=search

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.